contact@mla.dz
+213(0) 0982 40 18 40

MLA émet un 2e emprunt obligataire de 2 MDA

Le président du directoire du MLA, Nafa Abrous, qui a fait cette annonce jeudi, lors d’une conférence de presse à l’hôtel Sheraton d’Alger, a précisé que «cet emprunt est garanti par nantissement d’effets qui couvre, à tout moment et sur toute sa durée de vie, 120% du montant du principal et des coupons rattachés».

Le conférencier a indiqué que le nombre d’obligations émises est de 200 000 titres avec une valeur nominale de 10 000 DA par obligation. Cet emprunt est étalé sur une durée de 5 années, à raison d’un taux d’intérêt progressif allant de 4% à 6,5%, soit un taux moyen de 4,69%. Interrogé à ce propos, Nafa Abrous estime que «lever 2 MDA n’est pas risqué pour nous, il représente à peine 12 à 15% de nos financements, et notre objectif est d’arriver à 40 ou 45% de levées de fonds».
Le premier responsable du MLA a souligné que l’émission de ce nouvel emprunt visait à «diversifier nos ressources de financement, à long terme, contribuant ainsi à l’émergence et au développement d’un marché financier et boursier en Algérie». «Nous somme sortis sur le marché pour développer et diversifier les activités du MLA et dynamiser le marché financier algérien», insiste le conférencier. Ce dernier s’est longuement attardé sur le mode de financement par le leasing, qui reste, selon lui, «une alternative salvatrice pour les PME/PMI». Il regrettera au passage : «Nous sommes dans un marché qui n’est pas mature pour ce type de financement.» «Le financement par les sociétés de leasing en Algérie intervient à raison de 1%, voire moins, alors que sous d’autres cieux il est de l’ordre de 25 à 30%, ce qui n’est pas normal», constate-t-il.
C’est pourquoi, «au-delà du développement de nos activités, c’est la dynamisation de ce mode de financement que nous visons», insiste-t-il. MLA compte ainsi perpétuer cette tradition d’émission chaque année d’un nouvel emprunt obligataire. «Nous ambitionnons de perpétuer et pérenniser  sa stratégie de refinancement en émettant annuellement un emprunt obligataire se situant à hauteur de 1 à 4 milliards de dinars», a indiqué M. Abrous. Ce dernier annonce d’ailleurs un emprunt de 4 milliards de dinars pour 2018, dont 2 milliards réservés au grand public. Fort de son réseau de 12 agences à travers le pays, MLA ne compte pas encore «ouvrir d’autres agences et de pouvoir mobiliser encore d’autres fonds». La société a enregistré un taux de progression de 23% en 2016.

Pour 2017, «jusqu’à fin août, la société à levé 9 MDA de financement injectés dans l’outil de développement et nous comptons atteindre 12 MDA à la fin de l’année», promet M. Abrous. Le MLA a, en 11 années d’existence, réussi à accompagner ses clients par le financement de leurs projets à hauteur de 72 MDA. Le DG du MLA estime par ailleurs qu’«avec la contraction des liquidités et une crise économique, l’ensemble des intervenants sur le marché financier doivent converger vers la même direction». «L’Algérie n’est pas en cessation de paiement, n’est pas en faillite, j’estime que nous avons un très grand retard à rattraper dans le leasing», ajoute-t-il. «Il faut sortir des sentiers battus,  c’est le moment de la complémentarité entre banques et sociétés de leasing», a-t-il conseillé estimant que «la bourse peut être le levier pour capter cette liquidité, notamment celle qui est sur le marché de l’informel».